SNCF : les effectifs fondent, le volume de transport explose

SNCF : les effectifs fondent, le volume de transport explose


La question du nombre d’agents dans les trains français a été mise en lumière par les cheminots qui ont fait valoir, après un accident, leur «droit de retrait». Si l’on se penche sur l’évolution dans le temps du nombre de ces agents, on observe une baisse vertigineuse.

La SNCF, et le nombre de ses agents présents dans chaque train, fait la une de l’actualité. Les cheminots ont fait valoir leur droit de retrait après un accident de TER survenu dans les Ardennes en présence du conducteur, seul agent à bord, qui a fait partie des blessés.

En observant les chiffres fournis par la SNCF, il ne fait pas l’ombre d’un doute que les effectifs sont, de fait, drastiquement à la baisse. D’après les données, qui remontent à 1851, ils n’ont jamais été aussi peu nombreux depuis… 1871 ! A l’époque, en agrégeant l’effectif des différentes compagnies ferroviaires – la Société nationale des chemins de fer français ne sera créée qu’en 1938 –, on estime que les trains circulent en France grâce à 141 000 agents. En 2018, la SNCF comptait un peu plus de 142 000 agents. Ils étaient près de 145 000 en 2017, dont 10 % de conducteurs et moins de 5 % d’agents commerciaux à bord, et environ 207 000 en 1990. Le pic a été atteint en 1938 : on dénombrait alors pas moins de 514 700 agents ferroviaires.



Le nombre d’agents SNCF, entreprise publique qui a notamment adopté une stratégie de sous-traitance, est donc globalement à la baisse depuis un siècle. Mais en parallèle, le volume de transport, lui, a explosé. En 1920, les trains français ont accueilli 22 milliards de «voyageurs-kilomètres». Cet indicateur multiplie le nombre de kilomètres parcourus par le nombre de voyageurs et il augmente quasiment sans discontinuer, alors même que le nombre de lignes a fortement baissé : de 64 en 1990, l’indicateur est passé à 94,9 en 2017 avant de baisser légèrement en 2018 où il est évalué à 91,5. Ces 91,5 milliards de voyageurs-kilomètres peuvent ainsi représenter un kilomètre parcouru par 91,5 milliards de voyageurs ou 91,5 km pour 1 milliard de voyageurs, ou encore, plus probablement, 915 km pour 100 millions de voyageurs, ou même 9 150 km pour 10 millions de voyageurs, etc.



Pour faire une comparaison complète, cela signifie qu’en 1990, la SNCF comptait 207 000 agents pour 64 milliards de voyageurs-kilomètres. Vingt-huit ans plus tard, on dénombrait 142 000 agents pour 91,5 milliards de voyageurs-kilomètres. Fin 2018, la SNCF prévoyait encore la suppression de 2 086 emplois pour l’année 2019. La stratégie est identique pour le transport de passagers et dans le fret, secteur pour lequel la SNCF prévoit le passage de 8 000 personnes en 2014 à 5 000 d’ici 2020, rapporte le site spécialisé Actu transport logistique.

Source : Libération