Facebook restreint les comptes des syndicats SUD Rail et CGT cheminots

Facebook restreint les comptes des syndicats SUD Rail et CGT cheminots


Depuis le 18 octobre, premier jour d’arrêt de travail surprise des conducteurs de la SNCF, le réseau social Facebook a restreint et même bloqué certains comptes de SUD Rail et de la CGT cheminots.



Censure ou simple application de la politique de Facebook? Depuis le 18 octobre, début des arrêts de travail inopinés à la SNCF, trois comptes ouverts depuis plusieurs années sur le réseau social américain par SUD Rail ont vu leur accès restreint voire bloqué pour l'un d'entre eux. Selon le troisième syndicat de la SNCF, il s'agit des comptes SUD Rail Fédération, Sud Rail centraux et SUD Rail Paris Nord qui rassemblent, cumulés, plusieurs milliers d'abonnés.

« Tout a commencé vendredi matin, quand nous avons relayé l'appel à déposer un droit de retrait après l'accident dans les Ardennes, raconte Fabien Villedieu, délégué SUD Rail. Quand on a voulu publier des communiqués ou des articles de presse sur cet événement, un message apparaissait pour nous informer que ces trois comptes étaient limités. »

Des restrictions qui sont allées crescendo. « Le samedi, le compte SUD Rail Paris Nord a même été complètement bloqué jusqu'à lundi matin, affirme Karim, un des administrateurs des comptes Facebook de SUD Rail. Les autres pages ont vu les restrictions se prolonger. Au départ, c'était jusqu'au 26 octobre maintenant c'est jusqu'au 28 octobre. »

« Facebook ne nous répond pas »

Même constat du côté de la CGT cheminots. La première organisation syndicale de la SNCF a vu sa page Facebook « CGT produit train ET PSE » qui relate de l'actualité du syndicat sur la zone de la gare de Lyon, soumise à des restrictions. « C'est incompréhensible, s'étonne Pascal Philippe, administrateur du compte. Cela fait sept ans que cette page existe. Il y a environ 11 000 abonnés. Nous faisons très attention à ce qui est publié. Pas de propos injurieux, racistes, antisémites, homophobe ou autre. Nous avons écrit plusieurs mails à Facebook pour avoir des explications. Mais rien. Facebook ne nous répond pas ».

Contacté sur les raisons de ces restrictions, le réseau social n'a pas souhaité répondre spécifiquement aux problèmes rencontrés par SUD Rail et la CGT cheminots. « Ce sont des comptes privés, c'est confidentiel », justifie Facebook. Dans un communiqué l'entreprise assure simplement de manière générale que « ces pages sont traitées comme n'importe quelle autre page, dans le cadre de nos Standards de la Communauté sans considération de leur orientation politique ou des idées qu'elles véhiculent ».

« Est-ce que c'est de la censure ? Je ne sais pas »

Le réseau social indique en outre que « toute action prise à l'encontre d'une page ou d'un contenu est liée à la publication de contenus qui contreviennent à nos Standards de la Communauté ». Quels sont ces standards que n'auraient pas respectés les deux syndicats ? Facebook ne répond pas.

Il rappelle simplement que : « Les sanctions varient en fonction de la gravité de la violation et de l'historique de l'utilisateur ou de la page concernée, et vont du retrait d'un contenu à la suspension temporaire de certaines fonctionnalités (par exemple, la possibilité de publier ou de partager sur notre plateforme pendant 30 jours), jusqu'au bannissement de la plateforme ».

Quant à savoir si ces restrictions ont pu, le cas échéant, être demandées par un tiers, le communiqué envoyé par Facebook ne le précise pas. « Est-ce que c'est de la censure ? Je ne sais pas, analyse Béranger Cernon, de la CGT. Je constate simplement que ça intervient à un moment où c'est particulièrement tendu entre les cheminots d'un côté et le gouvernement et la direction de la SNCF de l'autre ». « C'est choquant, conclut Fabien Villedieu. D'autant que nous n'avons rien à nous reprocher et que nous avons reçu aucune explication de Facebook. »

Source : Le Parisien