Perturbations à la SNCF : Facebook censure-t-il les pages des syndicats de cheminots ?

Perturbations à la SNCF : Facebook censure-t-il les pages des syndicats de cheminots ?


ÉCLAIRAGE - Plusieurs comptes administrés par SUD-Rail et la CGT ont été restreints ou bloqués sur le réseau social depuis le début du mouvement inopiné à la SNCF le 18 octobre dernier.

Elles cumulent plus de 20.000 abonnés à elles quatre. Mais depuis vendredi, les pages Facebook des syndicats de cheminots SUD Rail FédérationSUD Rail centrauxSUD Rail Paris Nord et CGT Cheminots ont vu leur activité limitée par la plateforme américaine, rapporte Le Parisien. Les organisations syndicales accusent le réseau social d’avoir restreint ou bloqué l’accès à leur page depuis l’exercice de leur droit de retrait le 18 octobre dernier à la suite d’un accident de TER ayant fait plusieurs blessés dans les Ardennes deux jours plus tôt.

Selon l’un des administrateurs de la page, le compte SUD Rail Paris Nord a été bloqué jusqu’au lundi matin et les autres pages ont vu leurs restrictions prolongées jusqu’au 28 octobre. Des limitations ont aussi été observées chez la CGT Cheminots sur la page "CGT produit train et PSE" "dont l’administrateur affirme pourtant respecter les standards imposés par Facebook en veillant notamment à ce qu’aucun propos injurieux, racistes, antisémites ou homophobes ne soient publiés.

Des activités jugées de façon inexacte par Facebook

Contacté par Le Parisien, le réseau social a d'abord renvoyé à ses conditions d'utilisation en déclarant que "ces pages sont traitées comme n'importe quelle autre page, dans le cadre de nos Standards de la Communauté sans considération de leur orientation politique ou des idées qu'elles véhiculent". 

Le réseau social a dans un second temps indiqué à RTL que ces décisions ont été prises de façon automatiques sur la base d'activités sur ces pages qui ont été considérées de façon inexacte par ses systèmes de modération comme contraire à son règlement. 

Facebook affirme avoir levé les restrictions depuis, ce que nous confirment la CGT et SUD Rail. "Le message nous informant de la mise en place des restrictions a bien été retiré de nos pages. Maintenant, il faut vérifier si tout fonctionne car on ne pouvait toujours pas publier d'articles de presse sur l'un de nos comptes", explique à RTL l'un des administrateurs des pages Facebook de SUD Rail.

Ce n’est pas la première fois que Facebook est accusé de limiter l’expression d’un mouvement social en ligne. Au plus fort de la crise des "gilets jaunes", en fin d'année dernière, des internautes avaient cru voir la main du gouvernement derrière la suppression de contenus, événements ou groupes liés aux contestataires sur le réseau social. Cela avait alors nourri de nombreuses théories de censure politique.

Source : RTL