Grève à la SNCF: "Cela fait des années qu'on vous prévient. Là, ça craque de partout"

Grève à la SNCF: "Cela fait des années qu'on vous prévient. Là, ça craque de partout"


Les blocages se suivent à la SNCF depuis plusieurs semaines maintenant. Le plus dur reste pourtant à venir pour les usagers avec une grève prévue le 5 décembre prochain contre la réforme des retraites.

Depuis une semaine, les lignes TGV vers l’Atlantique sont impactées par un mouvement de grève spontané. Invité de RMC ce lundi matin, Bruno Poncet, secrétaire fédéral de Sud-Rail justifie ce mouvement par "des conditions de travail difficiles" pour des "collègues qui gagnent à peine le SMIC". Il dénonce ainsi de la "violence managériale".

"On ne va pas se laisser faire"

Les mouvements de blocage s’accumulent. Quelques jours auparavant, les syndicats appliquaient, selon eux, leur droit de retrait après l’accident ayant fait 11 blessés entre un TER et un camion dans les Ardennes. Cela fait "des années que l’on prévient tout le monde sur nos conditions de travail. Et là, ça craque de partout".

"Pépy ? Il ne pense qu'à taper sur les cheminots"

S’il en veut au gouvernement, il égratigne aussi son PDG, Guillaume Pépy, dont le mandat expire à la fin de ce mois d’octobre.

"Je ne retiens rien de bon de lui. Il n’a jamais été aussi arrogant, aigri, amer. Il ne pense qu’à taper sur les cheminots".

"De toute façon, poursuit-il, après le drame de Brétigny (le 12 juillet 2013, le déraillement d’un Intercités fait 7 morts et 70 blessés dont 9 graves dans la commune de Brétigny-sur-Orge, ndlr), l’accident d'Eckwersheim (Le 14 novembre 2015, un TGV faisant des essais sur la ligne Est-européenne déraille et fait 11 morts et 42 blessés, ndlr) et les 50 suicides par an, on le retrouvera dans un box des accusés. Je ne dis pas qu’il est coupable mais il devra rendre de ses actes".

"Je voudrais que tous les Français cessent leur travail"

Bruno Poncet évoque également cette désormais fameuse réforme des retraites qui engendrera notamment une grève importante à la SNCF et à la RATP. "Elle n’est pas bonne et tout le monde le voit, assure-t-il. Beaucoup de gens souffrent dans leur travail".

Sa volonté est claire. Il ne veut pas que cette contestation soit centrée sur le monde ferroviaire. "Ce que je veux ? Que tout le monde soit dans la rue. Les gens veulent plus de respect et de dignité. Je voudrais que tous les Français cessent leur travail, dans le domaine privé comme public. Tous les gens qui travaillent vont être pénalisés par cette réforme des retraites".

Source : RMC