Accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge : "On est allé chercher le bouc émissaire", selon SUD Rail

Accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge : "On est allé chercher le bouc émissaire", selon SUD Rail


Invité de franceinfo vendredi 12 juin, Eric Meyer, le secrétaire fédéral de Sud-Rail, estime que "ces défauts de maintenance, qui étaient courant à l'époque, étaient la résultante d'une politique qui allait vers le traçage des investissements vers le tout TGV".

"On est allé chercher le bouc émissaire", a réagi vendredi 12 juin sur franceinfo Eric Meyer, le secrétaire fédéral du syndicat Sud-Rail, alors que la SNCF et un cheminot ont été renvoyés vendredi devant le tribunal correctionnel d'Évry pour homicides et blessures involontaires dans le cadre de la catastrophe de Brétigny-sur-Orge (Essonne). L'accident ferroviaire avait entraîné la mort de sept personnes, près de 500 autres avaient été blessées le 12 juillet 2013.

L'accident "ne résulte pas de la responsabilité du cheminot lambda", estime Eric Meyer. "On est allé chercher le chef d'équipe de supervision des voies, alors qu'on est en capacité de pouvoir démontrer que ces défauts de maintenance, qui étaient courant à l'époque, étaient la résultante d'une politique qui allait vers le traçage des investissements vers le tout TGV", affirme le syndicaliste.

"Les présidents de l'époque de SNCF Réseau et SNCF auraient dû être renvoyés"

Pour le secrétaire fédéral du syndicat Sud-Rail, pour cette catastrophe ferroviaire, "ce sont les deux présidents de l'époque, SNCF Réseau et SNCF, dont Guillaume Pépy, qui auraient dû être renvoyés" en correctionnelle. Pour appuyer son affirmation, Eric Meyer pointe un détail. "Une des premières mesures prises par Guillaume Pépy, c'est de modifier la chaîne de responsabilité, rendant impossible la possibilité pour lui et le président de SNCF Réseau d'être inquiétés si d'autres accidents similaires venaient à se reproduire." Selon lui, il s'agit là "d'une politique de maintenance défaillante depuis des années".

Le procès montrera que c'est une défaillance de maintenance sur le long terme qui a engagé la sécurité.Eric Meyer, secrétaire fédéral du syndicat Sud-Railsur franceinfo

L'accident de Brétigny-sur-Orge "a profondément marqué la famille cheminote", tient à souligner Eric Meyer. "Quand vous êtes cheminots, vous travaillez en premier lieu pour assurer la sécurité ferroviaire et la sécurité des usagers." Il affirme que "des alertes de maintenance qui sont faites" régulièrement sur le réseau, "mais ce ne sont pas les cheminots qui réalisent les alertes qui sont décisionnaires sur le fait de réaliser des travaux".

Source : France Info