Darmanin : un pas de plus vers l’autoritarisme et l’indignité

Darmanin : un pas de plus vers l’autoritarisme et l’indignité


Hier soir, les migrant-es qui avaient installé leurs tentes Place de la République à Paris ont été évacué-es dans la violence par les agents aux ordres du Préfet de Police et du ministre de l’Intérieur, tentes arrachées alors même que des personnes se trouvaient à l’intérieur, migrant-es malmené-es, coursé-es comme des bêtes dans les rues de Paris. Des soutiens et des journalistes ont été frappés à terre, menacés, insultés par ces mêmes agents aux ordres.

Les campements de réfugié-es aux abords de Paris se créent faute de moyens pérennes d’hébergements dignes et salubres, et se font « nettoyer » manu militari tout aussi régulièrement dans la violence, et souvent dans le silence et l’invisibilité. Cela a été le cas dernièrement pour le camp de migrant-es de Saint-Denis, et tous et toutes n’ont pas été relogé-es. Ce sont ces migrant-es qui ont tenté de sortir de l’invisibilité hier soir soutenu-es notamment par les associations qui se battent pour elles et eux.

L’Union syndicale Solidaires dénonce et condamne fermement ces faits, qui ne font que confirmer un peu plus chaque jour l’inhumanité de la politique de ce gouvernement qui nie la situation dramatique des migrant-es et sans papier-es, qui s’enfonce dans la dérive autoritaire et la répression violente sciemment.

Le « tweet » du ministre de l’Intérieur qui parle d’images choquantes et qui veut qu’une enquête soit diligentée est tout aussi hallucinant ! Qu’il (et son gouvernement) assume donc sa politique ! Celle d’un projet de loi sur la sécurité globale qui va museler les journalistes désignés clairement pour cible désormais, celle de violences policières qui ont lieu au su et vu de tous et toutes en totale impunité depuis plusieurs années dans les quartiers populaires à l’encontre des manifestant-es et des gilets jaunes, et désormais et de tous ceux et celles qui contestent.

L’Union syndicale Solidaires appelle à renforcer la lutte pour la régularisation de tous les sans-papier-es et leur traitement humain, à renforcer la lutte pour la liberté de la presse, contre les violences policières. L’Union syndicale Solidaires appellera aux manifestations, rassemblements qui auront lieu en ce sens.

Paris, le 24 novembre 2020