LE MEILLEUR RELAIS DES SALARIÉ·E·S DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION, C’EST SUD-Rail

LE MEILLEUR RELAIS DES SALARIÉ·E·S DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION, C’EST SUD-Rail

Bien qu’il soit important pour l’avenir des salarié·e·s du groupe SNCF, le Conseil d’Administration reste une instance méconnue. Cette instance est composée de membres de la Direction mais aussi de représentant·e·s de l’État, de députés et sénateurs mais aussi de personnes dites qualifiées (surtout là pour toucher des jetons de présence) qui veulent privatiser le chemin de fer. En face, pour s’y opposer, il y a les représentant·e·s des salarié·e·s. Ce sont ces derniers que vous désignerez lors des élections du 28 mars au 04 avril. Lors des CA sont validées les grandes orientations stratégiques de la SNCF et de son groupe.

Petit ZAPATA, crise ou systême ?

Petit ZAPATA, crise ou systême ?

Comme la loi l’y oblige, la Direction SNCF a décidé de mettre en place une protection sociale complémentaire au sein de la SNCF à compter du 1er janvier 2025. Elle a donc

Table ronde actualités sociales: les annonces d'un PDG sous pression.

Table ronde actualités sociales: les annonces d'un PDG sous pression.

Depuis plusieurs semaines, suite notamment aux négociations salariales insuffisantes de novembre, SUD-Rail a été à l’initiative et en soutien des mobilisations locales et sectorielles nombreuses (Matériel, ASCT, Eic, Commercial … ). Conscient de la grogne sociale qui monte partout dans l’entreprise, le PDG Farandou s’est vu contraint d’organiser dans l’urgence une table ronde pour faire des annonces et tenter de faire baisser cette pression sociale. Pour SUD-Rail, si certaines de ses mesures vont dans le bon sens et répondent à des sujets que nous portons depuis des années, « la plateforme de progrès social » portée par la direction reste insuffisante sur la question du contentieux salarial de ces dernières années. SUD-Rail va rapidement proposer à nouveau aux autres organisations syndicales des perspectives à la hauteur des enjeux sur cette question salariale !

LE MEILLEUR RELAIS DES SALARIÉ·E·S DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION, C’EST SUD-Rail !

LE MEILLEUR RELAIS DES SALARIÉ·E·S DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION, C’EST SUD-Rail !

Bien qu’il soit important pour l’avenir des salarié·e·s du groupe SNCF, le Conseil d’Administration reste une instance méconnue. Cette instance est composée de membres de la Direction mais aussi de représentant·e·s de l’État, de députés et sénateurs mais aussi de personnes dites qualifiées (surtout là pour toucher des jetons de présence) qui veulent privatiser le chemin de fer. En face, pour s’y opposer, il y a les représentant·e·s des salarié·e·s. Ce sont ces derniers que vous désignerez lors des élections du 28 mars au 04 avril. Lors des CA sont validées les grandes orientations stratégiques de la SNCF et de son groupe. Voici par exemple quelques décisions prises par le CA lors du dernier mandat 2020/2024 :

Livret d'accueil nouveaux embauchés.

Livret d'accueil nouveaux embauchés.

Voici le nouveau livret SUD-Rail pour les nouveaux embauché-e-s, car nous sommes l'organisation syndicale qui milite et qui se bat pour faire évoluer les droits de TOU-TE-S les cheminot-e-s quelque soit leur contrat de travail

Pour la 3e fois, la Cour d’Appel de Paris confirme le délit de marchandage contre la SNCF et sa filiale ITIIREMIA !

Pour la 3e fois, la Cour d’Appel de Paris confirme le délit de marchandage contre la SNCF et sa filiale ITIIREMIA !

Au début des années 2000, la SNCF a mis en place, par le biais d’une filiale ITIREMIA (elle-même sous -filiale d’EFFIA Services) un système pour externaliser des prestations faites par des cheminot-e-s (accueil-information, gestion salons Grands-Voyageurs, assistance PMR...). Entre 2006 et 2011, SUD-Rail et les salariés ont fait constater ces situations par les Inspections du travail et une action pénale était engagée pour prêt de main d'oeuvre illicite et délit de marchandage.

Statu quo sur les contingents de niveaux !

Statu quo sur les contingents de niveaux !

Le 25 janvier, s’est tenue la réunion avec la direction pour savoir combien de niveaux seraient donnés pour l’exercice de Notations. La problématique qui va s’accentuer d’année en année avec la fin du statut, c’est que le nombre de cheminot-e-s qui sont concerné(e)s par ses notations diminue fortement. Cette année, le nombre de cheminot-e-s au Statut a diminué d’environ 4000 personnes. Pas besoin d’être mathématicien pour se rendre compte que cette diminution de l’effectif engendre, pour une partie des cheminot-e-s, un ralentissement du déroulé notamment sur les débuts de grille...

Cheminot-e-s Contractuel-le-s : Il est l’heure d’exiger votre dû !!!

Cheminot-e-s Contractuel-le-s : Il est l’heure d’exiger votre dû !!!

La négociation salariale obligatoire s’est déroulée le 08/11/ 2023. Pour SUD-Rail les mesures prises par la direction actent clairement un recul du pouvoir d’achat pour l’ensemble des cheminot-e-s. La direction doit l’entendre raison et organiser rapidement une « revoyure salariale » sans quoi elle s’exposera à une colère sociale massive dans l’entreprise à quelques mois des JOP. Pour les contractuel-le-s, comme pour les statutaires, il est clair que le compte n’y est pas. De plus les cheminot-e-s en CDI doivent faire face au mépris de la direction, qui, en 2023 n’a pas distribué l’ensemble des enveloppes d’augmentations actées sur le PV des NAO ! Ainsi sur TER Occitanie par exemple, seulement 40 % de l’enveloppe « AI début de parcours » a été distribuée, (chiffre de la direction) sans que l’on sache où est passé le reste de l’argent !

SUD-Rail le dit depuis la loi pacte ferroviaire de 2018 : l’ouverture à la concurrence va fragiliser le TGV en France.

SUD-Rail le dit depuis la loi pacte ferroviaire de 2018 : l’ouverture à la concurrence va fragiliser le TGV en France.

Un article du journal le Parisien vient de mettre un coup de projecteur sur les conséquences néfastes du libéralisme dans le ferroviaire. A ce titre, la fédération SUD-Rail pointe deux éléments majeurs : Premièrement, le modèle économique du TGV, basé sur la péréquation afin de permettre la continuité territoriale, est aujourd’hui remis en cause par l’ouverture à la concurrence. Alors que la concurrence vient se positionner sur les crénaux les plus rentables de la grande vitesse, la SNCF reste seule à assurer les origines/destinations les moins rentables mais vitales pour l’aménagement du territoire. Plus la concurrence va être amenée à se developper et prendre des parts de marché sur les parties rentables, moins la SNCF pourra financer les parties les moins rentables du réseau TGV, avec des risques importants de voir des liaisons disparaitre ou fortement réduites.Deuxièmement, à travers des péages importants et une usine à gaz que l’État dénomme…